ENRIQUE VILA-MATAS LA VIDA DE LOS OTROS 
 índice     autobiografía     imágenes     obra     traducciones     premios     textos     la vida de los otros     recomendaciones     eventos

imagen





imagen





imagen





imagen




À paraître aux Editions Nota Bene dans les actes du colloque international de l’UQAR à Québec, La transmission narrative, septembre 2010, sous la direction de Frances Fortier et Andrée Mercier.





POUR UNE HISTOIRE SECRÈTE DU ROMAN CONTEMPORAIN :
2666 DE ROBERTO BOLAÑO


EMMANUEL BOUJU

La seule tâche de l’artiste, c’est d’explorer des significations possibles,
dont chacune prise à part ne sera que mensonge (nécessaire)
mais dont la multiplicité sera la vérité même de l’écrivain.
Roland Barthes

Ah, la notion du temps des gens malades,
quel trésor caché au fond d’une grotte dans le désert !
Roberto Bolaño

On dit souvent des grands écrivains qu’ils sont « inclassables », et cela sert surtout à se dissimuler la difficulté que l’on éprouverait à leur attribuer une place précise dans le système de la littérature. Mais que l’œuvre de Roberto Bolaño soit proprement inclassable, c’est une évidence pour qui l’a lue et une nécessité pour qui l’a écrite : de la poésie « infra-réaliste » au roman-monde, du Chili dont il est originaire (et exilé) à l’Espagne où il a écrit et publié, de l’avant-gardisme politico-littéraire à la reconnaissance par ses pairs, les coordonnées de Bolaño sont multiples et mobiles sur la Carte du littéraire, et ne se laissent pas plus saisir d’un seul geste qu’elles ne définissent une seule trajectoire d’écrivain. D’aucuns ont eu un Prix Nobel pour moins que ça ; Bolaño, lui, est tout simplement mort dans la foulée d’une œuvre en expansion permanente, et dont la reconnaissance internationale ne fait que commencer d’être clairement perceptible.

Plusieurs des romans ou des nouvelles de Bolaño – comme Amuleto, Nocturne du Chili ou Les Détectives sauvages – se prêteraient volontiers, de façon singulière et exemplaire à la fois, à la question de la transmission narrative, de la filiation littéraire et de l’autorité d’auteur. Mais aucun, sans doute, ne peut éclairer ces questions et leur portée contemporaine aussi bien que 2666.

Car 2666, dernier roman achevé par Roberto Bolaño dans l’urgence de sa propre disparition au monde (le 15 juillet 2003), est à la fois un roman du crime et de la littérature ; un roman du nazisme et de sa perpétuation dans l’horrifique série des viols et meurtres de femmes au Mexique ; un roman de la quête d’un idéal littéraire, mais aussi du mal et de la maladie auxquels la littérature « s’oppose » dans une « bataille perdue d’avance » (Bolaño, 2004 : 161) ; un roman de la filiation et de la réécriture ; un roman de la transmission narrative comme mystère et chiffre ; un roman, enfin, de la reconnaissance de l’autorité littéraire à partir des traces laissées par sa disparition.

2666 est composé de cinq livres possiblement autonomes, aux styles distincts mais avec univers partagé et arrière-fond référentiel commun — cinq « parties » (partes) d’un même tout :

  1. « La partie des critiques » — quatre critiques spécialistes de Benno von Archimboldi, le grand écrivain allemand inventé par Bolaño — un écrivain invisible en quête duquel ils se lancent ensemble, sans jamais le retrouver, mais jusqu’à s’approcher au plus près de lui à Santa Teresa, la ville imaginée par Bolaño dans l’État du Sonora, à la frontière nord-ouest du Mexique (« une oasis d’horreur dans un désert d’ennui », selon son épigraphe baudelairienne) ;
  2. « La partie d’Amalfitano » — l’écrivain et philosophe chilien, universitaire exilé à Santa Teresa, vivant seul avec sa fille Rosa et avec la compagnie d’une voix mystérieuse qui le maintient vigilant au bord de la folie ;
  3. « La partie de Fate » — le journaliste afro-américain de Brooklyn envoyé à Santa Teresa pour couvrir un match de boxe, et qui a la tentation d’écrire un récit sur l’effroyable série de crimes de femmes qui s’y déroule, avant de devoir partir précipitamment pour sauver Rosa Amalfitano ;
  4. « La partie des crimes » — ces centaines de viols et assassinats de femmes commis dans le Sonora depuis 1993, que décortique le narrateur dans un récit ultra-minutieux avec centrage sur Klaus Haas, le meurtrier présumé — celui dont l’emprisonnement permet surtout au réseau de narcotrafiquants, de policiers et de fils de notables de poursuivre leurs crimes ;
  5. « La partie d’Archimboldi » — biographie de Hans Reiter alias Benno von Archimboldi, centrée sur sa participation à la guerre, tel un géant indestructible, dans les rangs de la Wehrmacht, puis sur sa carrière d’écrivain secret et exigeant : la biographie et le roman s’achèvent au moment de son départ au Mexique après que sa sœur Lotte lui ait appris que son neveu, Klaus Haas, y est emprisonné pour la série des meurtres.

Ces cinq parties sont donc liées étroitement par le motif du désert et des crimes — de l’horreur qui « est le destin [de] toute oasis » (Bolaño, 2004a : 158) — et par celui de l’écriture qui tente de s’opposer à la radicalité du mal ; ces cinq parties sont également conjointes par le principe d’une continuité narrative sensible, et subsumées sous l’unité d’un titre mystérieux ; ces cinq parties sont organisées en somme selon un principe de composition polytextuelle et de vraisemblance diégétique dont le lecteur peut trouver un analogon intra-fictionnel avec le Testament géométrique de Rafael Dieste, un livre que découvre Amalfitano dans ses cartons et qui, d’après sa 4e de couverture, « était en réalité composé de trois livres, “avec leur propre unité, mais fonctionnellement reliés par le dessein de l’ensemble” » (Bolaño, 2008b : 219).

Or dans ce dessein, ou ce « destin de l’ensemble » — el destino del conjunto (Bolaño, 2004b : 240) — réside ce que le personnage d’Amalfitano appelle alors « un mystère qui dépasse » (Bolaño, 2008b : 220) le lecteur (mais qui lui appartient également), un mystère qui relève d’une disposition conforme à la rhétorique narrative très singulière du roman — une disposition au secret, pourrait-on dire : 2666 orchestre ainsi la négociation secrète d’un contrat de lecture frappé d’inquiétude, et qui ne peut être signé qu’au terme de l’expérience de lecture, quand l’auteur coïncide tout entier avec l’exercice de régie métanarrative, dans toutes ses ruses, ses failles et ses ambiguïtés — au point que l’on puisse considérer peut-être que réside dans cet exercice le véritable « testament » de Bolaño.

Pour rendre compte de cette entreprise (et de ce testament secret), je vais « traiter de cinq sujets, pas un de plus, pas un de moins » (Bolaño, 2008b : 285) et imiter sa configuration, avec diversité de styles et dessein d’ensemble.

  1. Une énigme sans fin

Contrairement à ce qui est habituellement lié aux troubles de la transmission narrative, le dispositif narratif est ici parfaitement simple : narrateur extradiégétique constant au fil des cinq parties, avec exercice à discrétion de la focalisation zéro et délégation logique à une multiplicité, certes vertigineuse mais toujours clairement intégrée au récit-cadre, d’intra-narrateurs relais.

En revanche, cette clarté logique du régime narratif — sans risque pour la vraisemblance du récit ni soupçon a priori de non-fiabilité — va de pair avec une profondeur troublante, liée essentiellement à la régie, à la fois macro-structurale et micro-textuelle, des récits concaténés. Tout se passe comme si l’on disposait d’un dispositif à clé mais sans résolution, fait de pistes qui ne mènent nulle part : un puzzle inachevable, une géométrie sans loi, une architecture sans système.

Cela se manifeste par des étagements narratifs à l’intérieur de chaque partie mais avec enchâssements réversibles — comme avec l’histoire du peintre Edwin Johns dans la première partie, ou avec les récits de rêves et d’événements réels emboîtés les uns dans les autres. Cela se manifeste aussi par le tuilage réciproque des parties : chevauchements avec passerelles d’une partie à une autre, et hypothétique linéarité chronologique de partie à partie, finalement contredite : le roman s’achève sur le départ d’Archimboldi au Mexique, alors que la partie des critiques allait d’emblée au-delà, jusqu’au point où Archimboldi se confondait déjà, aux yeux de ses critiques, avec tout Santa Teresa (Bolaño, 2008b : 189).

En définitive, le dispositif polytextuel relève d’une circularité sans centre identifiable ni circonférence claire : y a-t-il centrage sur les crimes, sur Archimboldi, sur Amalfitano, sur Fate ? Il y a des arguments (non décisifs) pour chacun : la profondeur évidente de l’horreur des crimes (dont dépend le « destin » de tous) / mais aussi la trajectoire directrice de la biographie d’écrivain qui traverse tout le récit / mais encore la présence constante, en sourdine, de la lucidité désespérée d’Amalfitano / et encore un point d’équilibre sur la figure symbolique de Fate, etc. Cette géométrie thématique incertaine n’est que le symptôme d’un principe plus fondamental lié à la dynamique du récit d’ensemble — celle d’une série de cercles avec attraction, focalisation sur la zone des crimes au Mexique, mais aussi avec impression de ne jamais pouvoir atteindre la cible de cette focalisation, à la manière des Variations sur Zénon d’Elée qui font partie des livres de Rafael Dieste dont s’informe Amalfitano.

Le récit est un dispositif qui imite les paradoxes de Zénon, ou plus précisément ceux des escaliers d’Escher : ce qui prolonge peut être ce qui précède, ce qui est surface est peut-être profondeur, l’entrée est peut-être la sortie, la réponse est peut-être la question, etc. Cela fait du roman un entrelacement complexe d’enquêtes sans fin : énigmes partiellement résolues mais en définitive toujours ouvertes — à l’instar des deux principales (celle des crimes du Sonora, et celle du devenir d’Archimboldi). Et cela permet à Bolaño de bâtir ironiquement son roman sur les débris épars de la littérature et l’ossuaire de ses plagiaires par anticipation : depuis le Parzival d’Eschenbach ou le Roi des Aulnes (version Goethe ou version Tournier, selon les moments) ; jusqu’à L’Étranger revu par Twin Peaks de David Lynch (dans la partie de Fate).

  1. Un « testament géométrique » ouvert aux quatre vents

Pour parvenir à ses fins, le récit est fondé sur la dépense narrative à chaque point du roman et sur la dispositio d’ensemble, aux lois secrètes : un chaos méthodique à la Sábato, une architecture sans système, qui menace la vraisemblance pragmatique mais qui est capable également de la stabiliser par l’usage ponctuel de modèles intra-fictionnels.

Ainsi par exemple en est-il des peintures du nazi fou dans l’isba des Ansky (5e partie) —  dont « la disposition de chaque élément laissait deviner une ironie et donc une maîtrise secrète beaucoup plus grande que celle qui s’offre au premier coup d’œil » (Bolaño, 2008b : 841) ; comme le roman, il s’agit d’une fresque en cinq parties, qui représente Archimboldi lui-même en géant blond, et au centre de laquelle « se dressait une place pavée, une place imaginaire que Kostekino n’avait jamais eue, peuplée de femmes ou de fantômes de femmes, aux cheveux hérissés » (ibidem).

De façon analogue, le lecteur trouve plusieurs possibilités de mise en abyme en forme de chausse-trappes narratifs, chaque fois imparfaits et ironiquement défaits par le récit : Le Crépuscule d’Ivanov et le cahier d’Ansky (lui-même matrice de toute l’œuvre d’Archimboldi) ; Le Roi de la jungle d’Archimboldi que lit sa sœur avec la surprise de retrouver son enfance et de la voir se dissoudre comme « dans un chaudron bouillant » ; la bibliothèque de l’éditeur Bubis — « un chaos qui reflétait le monde, riche et prodigieux en dépit des guerres et des injustices » (Bolaño, 2008b : 916), etc.

Surtout, j’y reviens, on peut voir dans Le testament géométrique de Rafael Dieste —  qu’Amalfitano trouve dans ses affaires sans avoir le souvenir de l’avoir jamais acheté (ce qui est le signe d’un jeu métaleptique) — un modèle idéal qui demande à être ouvert aux quatre vents et battu par l’air et la pluie de la réalité : c’est ce que fait Amalfitano en le suspendant dans sa cour, selon une technique de Duchamp, qui « avait pris plaisir à discréditer “le sérieux d’un livre empli de principes” comme celui-là » et, « en l’exposant aux rigueurs du temps, [lui] “avait enfin appris deux ou trois choses de la vie” » (Bolaño, 2008b : 225).

Poursuivant cette hypothèse spéculaire, le lecteur établirait volontiers une équivalence entre Amalfitano et lui, autant qu’entre Amalfitano et Bolaño (tous deux Chiliens exilés) : la lecture de 2666 est elle aussi une quête tâtonnante, guidée par une « voix » secrète et anonyme aux bords de l’horreur et de la rédemption, et qui passe par la nécessaire conjuration de la fascination pour l’idéal et les apparences que cette fascination fait revêtir à la réalité.

Et peut-être, plus généralement, les diverses figures fictionnelles qui peuplent le récit occupent-elles autant la place virtuelle du lecteur confronté aux difficultés de la transmission narrative, que celle de l’auteur aux prises avec la toute-puissance du Dieu caché qu’est son Narrateur : c’est évidemment vrai des quatre critiques, dont la quête vaine leur sert surtout à apprendre la vie (et accessoirement à trouver l’amour) ; mais c’est vrai aussi de figures secondaires comme l’éditeur Bubis ou comme le vieil écrivain-devenu-simplement-lecteur, car apte à la récusation du culte des apparences, et conscient que la forêt des œuvres mineures sert tout juste à dissimuler la rareté de l’œuvre maîtresse (Bolaño, 2008b : 891).

D’ailleurs Archimboldi, l’Auteur majuscule, pour devenir écrivain, ne fait jamais qu’emprunter à ce vieil écrivain-lecteur sa machine à écrire désaffectée — comme le lecteur que nous sommes prête à Bolaño, par son attention jubilatoire et souffrante à la fois, de quoi mettre en mouvement le mécanisme inquiétant qui fait de lui l’auteur (ou la fiction d’auteur) de son œuvre maîtresse.

  1. Chiffre et déchiffrement : en nombre de 2666

À dire vrai, Hans Reiter/Archimboldi est lui-même lecteur autant qu’auteur, et même lecteur iconoclaste lorsqu’il répond, en plein nazisme, au grand chef d’orchestre prussien sûr de ses droits et de sa capacité à « contempler les affaires humaines avec équanimité », depuis ce qu’il appelle « la quatrième dimension » : « Tout est livre brûlé, cher maestro » (« du bruit, du bruit de feuilles froissées, du bruit de livres brûlés ») ; « que devient l’œuvre lorsqu’on la considère depuis une dimension supplémentaire ? toujours un livre brûlé. » (Bolaño, 2008b : 755-756)

Pour déchiffrer le mystère de 2666 — ce testament en forme de Chiffre —, peut-être faut-il en effet changer de dimension et ne pas hésiter à le voir comme un livre brûlé : un livre brûlé dans l’incendie, « un livre qui est un pont en flammes »1 (Bolaño, 2003 : 254) entre Archimboldi et Santa Teresa — puisque l’incendie fait figure de motif central dans le récit de la guerre (et de la vie) de l’écrivain, mais sert aussi à désigner la contagion dévorante et impunie des assassinats de femmes dans l’oasis du désert mexicain.

2666 pourrait avoir comme titre Le Grand Incendie du Désert du Sonora — rappelant ainsi Le Grand Incendie de Londres qui permit naguère à Jacques Roubaud de faire son autoportrait d’écrivain à partir d’un modèle (historique et esthétique) précis, situé, justement, en 1666.

2666, ce n’est donc pas seulement le chiffrage du Mal (666) au nouveau millénaire (2666) ; et c’est encore moins la passion trouble pour la numérologie du Mal : il faut entendre plutôt la curiosité profonde pour ce que recèle le chiffre d’une histoire secrète 2— celle de la réalité contemporaine et aussi celle du roman comme transcription de cette réalité — une histoire secrète au cœur de laquelle se tient une douleur singulière et collective à la fois.

2666, ce n’est donc pas « un chiffre exact », en lequel, selon Bubis, seuls croient « les nazis […], les sectaires, les dingues des pyramides » (Bolaño, 2008b : 934) —  mais pas les grands mathématiciens ni les éditeurs, qui eux « savent qu’on ne fait toujours que passer à travers l’obscurité » (Bolaño, 2008b : 934) ; 2666, c’est un nombre comme le dit mieux l’espagnol : un nombre qui est un nom, « un nombre comme nom propre », à la façon dont, selon Roubaud, les passionnés du nombre peuvent en faire l’expérience (Roubaud, 1989 : 367) ; plutôt une autre sorte de nombre d’or (de nombre j), capable de laisser entrevoir des profondeurs secrètes et universelles.

2666, c’est peut-être le nombre du « Mexique comme métaphore » (pour plagier La Sicile comme métaphore de Leonardo Sciascia). Ou du moins le nombre du Mexique au sens où il est, selon Fate, « un hommage à tout ce qui existe dans le monde, et même aux choses qui ne sont pas encore arrivées. » (Bolaño, 2008b : 391)

2666, c’est le chiffre qui recèle tous les noms propres possibles de Bolaño, tous ses personnages comme fictions de lui-même — à commencer par Benno von Archimboldi, ce pseudonyme en forme de code secret, où Benno viendrait de Benito Juárez et non de Mussolini, et où l’héritage — von — d’Archimboldo permettrait de conjoindre deux modèles esthétiques : celui de « la joie personnifiée. La fin des apparences. L’Arcadie avant l’homme » (Les quatre saisons) ; et celui de « l’horreur », comme dans Le Cuisinier, un tableau qui horrifie en changeant entièrement de signification selon l’accrochage (Bolaño, 2008b : 832).

2666, à ce titre, est le chiffre de ce qui sous-tend toute l’entreprise narrative : une fiction d’auteur établie en instance occulte de régie ; l’exercice, très secret et public à la fois, de son regard et de sa mémoire — à l’instar de la première occurrence du nombre, dans un récit antérieur de Bolaño, Amuleto3 : « à cette heure-là [la Colonia Guerrero avait] tout l’allure d’un cimetière […] de l’année 2666, un cimetière oublié sous une paupière morte. » (Bolaño, 2008a : 93)

  1. La fiction d’autorité ou le disque magique

Faire que le lecteur rejoigne l’auteur sous sa paupière morte : l’image est horrible mais très bolañienne ; et elle dit l’enjeu de la transmission narrative dans 2666.
Car si trucage métanarratif il y a, il est en effet de l’ordre de l’illusion d’optique, de ce que la psychologie cognitive appelle « mouvement apparent » (lié à la rétention rétinienne) ou effet φ : cette illusion que rend possible l’écart extraordinaire entre l’épaisseur concrète du détail narratif à chaque place du roman et l’ampleur de l’espace textuel parcouru ; ou plus précisément cette illusion que rend possible le récit dès lors que celui-ci déplace ses éléments dans un mouvement spiralaire, une descente dans un maelström vertigineux.

Ce « mouvement apparent » est décrit dans le roman par Amalfitano avec l’exemple d’un « disque magique » qui, lorsque l’on fait tourner la partie transparente striée des barreaux d’une cellule devant le portrait d’un ivrogne rieur, donne l’impression que celui-ci est bel et bien prisonnier ; et qu’il rit peut-être parce qu’il ne s’aperçoit pas qu’il l’est ; ou bien plutôt qu’il rit du fait que l’on ne s’aperçoit pas qu’il ne l’est pas (prisonnier) : « il rit de nos yeux » conclut Amalfitano, dans un passage que je viens de paraphraser (Bolaño, 2008b : 385-386).

Au-delà de l’interprétation cotextuelle possible (l’illusoire rétention du ou des meurtriers du Sonora), ce mécanisme du disque magique traduit surtout, par effet métaleptique, l’enjeu profond du « contrat de lecture » difficultueux et indiscernable de 2666 : faire apercevoir, au plus profond, et par le biais d’une autorité narrative conçue comme disque magique — c’est-à-dire à la fois « dynamique, interactive et inférentielle », selon les trois critères de l’autorité distingués par Frances Fortier et Andrée Mercier (2010 : 110) —, ou d’une autorité conçue comme effet φ, ce que peut être un auteur de roman aujourd’hui, ou demain : une instance qui peut bien apparaître, aux yeux du lecteur « éclairé », comme strictement prisonnière de son dispositif fictionnel, mais qui peut aussi bien se tenir au revers de ce dispositif, et libre de toute contrainte, se permettre le luxe enivrant de rire de cette apparence.

Dans 2666 (qu’il savait ne pas avoir le temps d’achever jamais mais qu’il a conçu comme publiable à chaque instant en son nom), Bolaño s’amuse, malgré tout (malgré la maladie mortelle, malgré la douleur de la séparation — le livre est dédié à sa femme Alexandra et à son fils Lautaro —, malgré le dégoût du Crime), à réapparaître, riant, aux yeux du lecteur, et à faire avec la « mort de l’auteur » (cette putain de mort de l’auteur, dirait-il) un dernier clin d’œil, une dernière de ces plaisanteries macabres dont il a le secret.

L’auteur dans sa fiction n’est plus ni le vieil et austère Archimboldi (l’héritier idéal du modernisme européen, qui se tient bien au-delà de Grass, Heine, Böll, Johnson et Dürrenmatt réunis4) ; ni le modeste et désespéré Amalfitano, Chilien exilé dont la carrière d’écrivain et de philosophe s’enlise dans les sables du désert. L’auteur (ou sa fiction, c’est la même chose) ressemble plutôt à Sisyphe — tel du moins que le caractérise Bubis vers la fin du roman : être capable de ligoter Thanatos pour « vivre sans l’angoisse de la mort, c’est-à-dire sans l’angoisse du temps », voilà quelle était la vertu la plus chère pour Bolaño aux derniers temps de l’écriture ; et cette vertu (cette virtus conçue comme vigueur, comme force rhétorique) — qui définit à la fois son autorité comme puissance originaire à laquelle imputer la création et son auctorialité (authorship) comme signature —, cette vertu a pour chiffre ou pour nom : 2666.

Il faut imaginer Sisyphe heureux et rusé au point de revenir encore, lesté du rocher de sa maladie mortelle, comme il faut penser pouvoir accorder de nouveau à l’auteur (ou à son fantôme) cette autorité et cette force dont la toute-puissance du Narrateur semblait l’avoir privé.

Ou plutôt : penser pouvoir lui accorder de nouveau une autorité, mais alors légère comme un souffle, diaphane comme une ombre.

  1. L’ombre perdue et l’autorité secrète du roman

On retrouve disséminé dans 2666 le motif (romantique et moderniste à la fois) de l’ombre perdue5, motif repris ironiquement (rectifié) en allégorie sévèrement néo-platonicienne de la caverne des écrivains mexicains — ces « intellectuels sans ombre » qui n’ont même pas accès à l’antre de la caverne ou de « la mine » à laquelle ils tournent le dos, et ne font que « traduire, réinterpréter ou recréer très pauvrement » les bruits, « furibonds ou séducteurs » qu’ils entendent (Bolaño, 2008b : 147-149) : la perte de l’ombre prévient de la menace constante du faux écho, du bruit illusoire, contre laquelle s’arcboute en particulier la Partie des crimes — cette litanie quasi-documentaire de la mise à mort impunie, cette quête inlassable des traces laissées par le crime, cette nostalgie du « trésor perdu » de la liberté individuelle et du bien public (Arendt, 1987 : 14), dont l’écrivain espère toujours la reconquête, après l’expérience originelle (au Chili) et renouvelée (au Mexique) de sa dilapidation.

Comme dans le mystère des deux miroirs en abyme dans lesquels la députée mexicaine (Azucena Esquivel Plata) ne parvient jamais à se voir (Bolaño, 2008b : 707), l’écriture affronte le risque de la dématérialisation, de la dé-substantification, et fait face à ce que Bolaño appelle la « maladie » — et qui est peut-être la vraie raison de ses jeux spéculaires6.

Pour recouvrer sa fonction, l’auteur a besoin de retrouver son ombre : c’est vrai d’Amalfitano avec la « voix » mystérieuse qui le guide, ou d’Archimboldo avec la figure d’Ansky, l’écrivain russe dont Hans Reiter trouve le cahier secret et qui est à l’origine de toute son œuvre ultérieure ; et ce qui est vrai des personnages dans la fiction l’est aussi de Bolaño lorsqu’il souffle, dans ses dernières notes, que l’unique narrateur des cinq parties était Arturo Belano, son ombre portée au fil du temps, son double fictionnel éternellement survivant dans la littérature7.

Comme si la parfaite rigueur du régime extra-diégétique, l’apparente ultra-fiabilité du narrateur, n’était principalement qu’un leurre dissimulant l’inscription secrète de l’auteur, sa présence comme ombre dans tous les plis et détours de la fiction, son ambition incertaine de n’être plus séparé en rien de son écriture.

Conclusion 

« Qu’est-ce que je veux dire quand je dis que plus rien désormais ne le séparait de son écriture ? Sincèrement, je ne le sais pas très bien » — précise la clausule d’un des tout derniers textes de Bolaño, consacré à Kafka (Bolaño, 2004a : 165).

Il s’agissait du moins pour moi de (commencer à) faire de 2666 une forme de totalité ouverte, un répertoire panoptique des moyens et des enjeux de l’écriture romanesque contemporaine dès lors qu’elle se confronte à la question du pouvoir, du mal et de la maladie : une de ces « grandes œuvres, imparfaites, torrentielles, qui ouvrent des chemins dans l’inconnu » (Bolaño, 2008b : 265), et où la répétition et la réécriture se révèlent invention et transmission idéale.

« Seul le très grand art fortifie sans consoler », écrit Iris Murdoch dans L’attention romanesque (Murdoch, 2005 : 233). À sa façon, 2666 est un roman dont le contrat de lecture a forme d’héritage sans testament ; il orchestre la transmission posthume d’une autorité littéraire obstinée et fragile, par le biais d’un narrateur occupé à disposer secrètement les chiffres de sa reconnaissance.

« Quel héritage mystérieux ! » sont presque les derniers mots du roman. Cet héritage mystérieux de 2666, je le considère comme faisant pleinement partie de l’histoire secrète du roman contemporain — et comme un hommage par anticipation au roman qui n’existe pas encore, mais que l’on attend.


Bibliographie 

ARENDT, Hannah ([1954-1968] 1987), La crise de la culture. Huit exercices de pensée politique, traduit de l’anglais sous la direction de Patrick Lévy, Paris, Gallimard. (Collection « Folio ».)

BENJAMIN, Walter ([1934] 2000), « Franz Kafka. Pour le dixième anniversaire de sa mort », Œuvres II, Paris, Gallimard. (Collection « Folio ».), p.410-453.

BOLAÑO, Roberto [1998], Los detectives salvajes, Barcelona, Editorial Anagrama.

BOLAÑO, Roberto ([1999] 2008a), Amuleto, traduit de l’espagnol par Emile et Nicole Martel, Paris, Ed. du Rocher. (Collection « Motifs ».)

BOLAÑO, Roberto ([2000] 2002), Nocturne du Chili, traduit de l’espagnol par Robert Amutio, Paris, Christian Bourgois éditeur. (Collection « Titres ».)

BOLAÑO, Roberto ([2001] 2003), Des putains meurtrières, traduit de l’espagnol par Robert Amutio, Paris, Christian Bourgois éditeur. (Collection « Titres ».)

BOLAÑO, Roberto ([2003] 2004a), « Littérature + Maladie = Maladie », Le Gaucho insupportable, Paris, Christian Bourgois éditeur.

BOLAÑO, Roberto (2004b), 2666, Barcelona, Editorial Anagrama.

BOLAÑO, Roberto ([2004] 2008b), 2666, traduit de l’espagnol par Robert Amutio, Paris, Christian Bourgois éditeur.

FORTIER, Frances, et MERCIER, Andrée (2010), « L’autorité narrative en question dans le roman contemporain. Enjeux théoriques et esthétiques d’une notion », dans Emmanuel BOUJU (dir.), L’autorité en littérature, Rennes, PUR. (Collection « Interférences ».)

MANZI, Joaquín (2004), « L’auto de Bolaño », Néo-Latines, n° 330 (Chili 1973-2003, Arts et histoire), p. 65-84.

MURDOCH, Iris ([1997] 2005), L’attention romanesque. Écrits sur la philosophie et la littérature, traduit de l’anglais par Denis-Armand Canal, Paris, La Table ronde. (Collection « Contretemps ».)

ROUBAUD, Jacques (1989), Le grand incendie de Londres. Récit, avec incises et bifurcations, Paris, Éditions du Seuil.



1 Selon l’expression qui caractérise l’énorme anthologie de la poésie française dans la nouvelle intitulée « Photos » dans Des putains meurtrièresde Roberto Bolaño (2003).
2 « Et tu dois te demander ce que c’est l’histoire secrète », glisse Bolaño dans une nouvelle (« Dentiste ») des Putains meurtrières. « C’est celle que nous ne connaîtrons jamais » (Bolaño, 2003 : 224).
3 Amuleto (1993) est consacré à la figure d’une poétesse, Auxilio Lacouture, qui confie ces mots alors qu’elle suit, dans les rues de Mexico D.F., Arturo Belano — le principal double fictionnel de Bolaño, dans ce petit roman comme dans l’autre grand-œuvre, Les Détectives sauvages (1998).
4 Bien que dans la première occurrence du nom, au sein des Détectives sauvages, il eût pour prénom JMG… « vrai » Prix Nobel pour le coup (Bolaño, 1998 : 170).
5 Ainsi Walter Benjamin écrit-il de Kafka, pour le 10e anniversaire de sa mort : « Peut-être se heurte-t-il de la sorte à des fragments de sa propre existence, qui s’inscrivent encore dans le rôle qu’il doit jouer. Il parviendrait alors à se saisir de son geste perdu, comme Peter Schlemihl de son ombre vendue. Il parviendrait à se comprendre lui-même, mais au prix de quel prodigieux effort ! » (Benjamin, 2000 : 451)
6 Car à la fin des fins résonne cette inévitable fascination de Bolaño pour le lieu spéculaire de la fiction, analogue à celle qui conduit le jeune Hans Reiter à plonger au plus profond pour ouvrir les yeux jusqu’à la limite de l’asphyxie et contempler, hors du temps, les algues auxquelles il ressemble étrangement. Comme si en somme le vers de Baudelaire cité en épigraphe remontait finalement d’un cran pour laisser entendre in fine le vers manquant, l’épigraphe secrète du roman : « hier, demain, toujours, nous fait voir notre image ».
7 « En revenant sur la disparition de Belano et en multipliant les pistes sur sa mort éventuelle, Bolaño laisse ouvert le deuil de Belano », écrit Joaquín Manzi dans un très bel article intitulé « L’auto de Bolaño » (Manzi, 2004 : 83).

 índice     autobiografía     imágenes     obra     traducciones     premios     textos     la vida de los otros     recomendaciones     eventos
www.enriquevilamatas.com